ISOLATION EN MOUSSE PROJETEE POLYURETHANE :
Combles, murs, sols, planchers.
Contactez-nous si les réponses à vos questions ne figurent pas sur cette page.

Toutes les questions les plus souvent posées

au sujet de la projection de mousse d'isolation...


Qu'est ce que la mousse d'isolation projetée ?
Est-ce nouveau ?
Pourquoi la mousse d'isolation est-elle si efficace ? Et de combien ?
Y-a-t-il différentes compositions de mousses ?
Quels sont ses avantages ?
Pour quelles applications l'utiliser ?
Puis-je projeter moi-même ?
Comment se déroule un chantier ?
La mousse d'isolation est-elle certifiée CSTB ?
La mousse d'isolation est-elle répertoriée à l'ACERMI ?
Que pensez-vous des autres matériaux isolants ?
Quid de la santé des habitants avec de la mousse d'isolation projetée ?
Quid de la santé des projeteurs ?
La mousse d'isolation projetée est-elle combustible ?
La mousse d'isolation projetée est-elle classée au feu ?
Est-ce écologique ?
Où vont les déchets ?
Au sol, comment faites vous pour que la surface soit plane ?
Aux murs et aux plafonds comment faites vous pour que la surface soit plane ?
Quelle est la durée d'un chantier ?
Au bout de combien de temps la mousse est-elle séche ?
Au bout de combien de temps peut-on marcher dessus ?
Combien ça coûte ?


Et toutes les réponses...


Qu'est ce que la mousse d'isolation projetée ?

C'est un matériau isolant, fabriqué sur le chantier, qui, projeté sur la surface à isoler, gonfle et forme une enveloppe continue d'isolation. Sans pont thermique. Sans infiltration d'air parasite. La mousse est créée, dans le pistolet de projection, grâce au mélange de deux matériaux fluides.
Elle constitue un SYSTEME complet d'isolation :

Retour

Est ce nouveau ?

NON ! La réaction entre les deux composants qui produisent de la mousse polyuréthane a été découverte en 1849. Des applications ont été trouvées à partir de 1937 pour la fabrication de plastiques. Nous l'utilisons dans notre quotidien : matelas, oreilllers, sièges et isolation des véhicules, isolation des frigos, plaques d'isolation de l'habitat, roues de rollers et de skate, résserve de flottaison, etc. C'est au Canada, aux USA, en Espagne et en Belgique que le procédé de mousse d'isolation projetée est le plus populaire. Suivant les pays il est plutôt utilisé pour les sols ou les murs. Le procédé est aussi largement répandu, et depuis longtemps, dans le monde industriel pour l'isolation performante de cuves, chambres froides, conduites, navires, toits de bâtiments agricoles, etc. En France, son utilisation pour l'habitat a démarré autour de 2008 plutôt dans le sud est. Nous estimons,en 2014, que l'équivalent de 5000 maisons par an est isolé avec ce procédé en France. Ce nombre augmente chaque jour.
Retour

Pourquoi la mousse d'isolation est-elle si efficace ? Et de combien ?

En France, les habitudes sont : une VMC qui extrait de l'air chaud vicié et rentre de l'air froid sain, des radiateurs électriques pour réchauffer cet air froid, une isolation laine de verre low-cost. Chauffer l'air est thermiquement parlant le système le pire. Mais, dans les années 70, l'électricité française ne devait pas coûter cher... Et le message marketing actuel est « isolez plus pour réduire votre consommation de chauffage ». Alors pourquoi ne pas ajouter de l'épaisseur de laine de verre jusqu'à ne plus chauffer ? Parce que au delà d'une certaine épaisseur, le gain d'efficacité énergétique devient minime. Probablement autour de 25 cm pour la laine de verre. Ca signifie que les n centimètres au delà de 25 ne seront jamais remboursés par des économies d'énergie. Ce n'est pas « isolez plus » mais « isolez mieux » qui devrait être le message. Ainsi la France a choisi comme référence l'isolation la moins performante du marché ! Du « low-cost » à 5 euros le mètre carré : ce qui n'est pas dépensé (la laine de verre n'est pas un investissement) dans l'isolant le sera en chauffage. Dès lors quand un procédé d'isolation s'attaque globalement aux vrais défis du confort thermique (terme à préférer à « isolation ») : les infiltrations d'air, l'humidité, la vapeur d'eau, convection/rayonnement/conduction, il nous apparaît immédiatement plus efficace que la solution traditionnelle. Aujourd'hui les lacunes de la laine de verre sont compensées en ajoutant des membranes plastiques et du ruban adhésif. On est bien loin de la tenue dans le temps des constructions d'antan... Or la mousse d'isolation projetée, pour chacun des paramètres qui composent le confort thermique, est le procédé qui a les performances parmi les plus élevées. Et au total c'est le procédé le plus performant. En s'infiltrant partout, la mousse supprime les mouvements d'air parasites. Les caractéristiques de la mousse ne sont pas sensibles à l'humidité. La mousse compose avec la vapeur d'eau. La conductivité thermique du polyuréthane peut être 35% meilleure que celle de la laine de verre, de la ouate de cellulose ou de la laine de roche. C'est pour ces raisons, entre autres, que les factures de chauffage diminuent souvent de 50% après nos chantiers de rénovation et que des maisons neuves peuvent être passives (sans chauffage ou presque).
Retour

Y-a-t-il différentes compositions de mousses ?

OUI ! C'est une même famille, mais les compositions diffèrent selon l'usage : industriel ou résidentiel. Suivant les performances souhaitées et la résistance au feu. En fonction de la surface de projection (parpaings, briques ou bois par exemple) et le projet. Des fabricants proposent aujourd'hui des mousses contenant des huiles végétales (ricin, soja environ 3% du composant B), de l'eau ou des plastiques recyclés pour surfer sur la vague verte.

Mais surtout les mousses peuvent être à cellules fermées ou à cellules ouvertes. L'incidence sur le confort thermique est alors différente :


Cellules

Etanchéité à l'air

Etanchéité à la vapeur d'eau

Etanchéité à l'eau

Isolation phonique

Agent gonflant

Renfort structure

Prix

Fermées

++

+

Gaz


€€

Ouvertes

+


++

Eau


Retour

Quels sont ses avantages ?

La mousse permet de réelles économies d'énergie et pendant longtemps.
Parmi tous les procédés et les matériaux d'isolation c'est LE SEUL QUI, A LA FOIS :

Ces avantages, ajoutés à la haute performance de sa conductivité thermique, en font très probablement le procédé d'isolation le plus performant du marché. Les épaisseurs d'isolant sont réduites. La chaleur est mieux retenue. La mousse ne relâche pas de poussière et est généralement classé A+ pour les COV. Elle contribue à un air intérieur plus sain. L'habitat "sans chauffage" peut être envisagé. Les tests d'infiltrométrie RT2012 sont facilement réussis. Côté coûts ce n'est pas le plus onéreux du marché et les économies de chauffage générées sont réelles.

Retour

Pour quelles applications l'utiliser ?

Dans l'habitat, la projection de mousse d'isolation peut être utilisée en neuf et en rénovation; en intérieur ou en extérieur. Pour les sols (notamment sous plancher chauffant), sur les anciens planchers bois (pour isoler et obtenir une surface plane), pour l'isolation des murs et des combles, pour l'isolation des toitures terrasses.
On la trouve aussi en vides sanitaires et en fondations.

Dans l'industrie elle isole des réservoirs, des chais, des installations frigorifiques, des navires, des bâtiments agricoles, etc

Le professionnel applicateur se doit de proposer la mousse qui convient à chaque application dans le respect de la réglementation en vigueur et des avis techniques publiés en France ou en Europe par les fabricants.

Retour

Puis-je projeter moi-même ?

NON ! Projeter de la mousse d'isolation est un métier. Il nécessite une formation et beaucoup d'expérience. Surtout pour les plafonds et les murs. Les projeteurs travaillent à deux sur le chantier. Les réglages de la machine de projection constituent un savoir-faire pour l'obtention d'une mousse stable qui ne bougera pas dans le temps. De plus la projection nécessite un masque de protection respiratoire.

Retour

Comment se déroule un chantier ?

L'équipe de projection ( 2 personnes) dispose d'un fourgon qui stationne au bord du chantier. L'équipe installe tout d'abord des films de protection devant les zones à protéger de la projection. Portes, fenêtres, poutres, etc reçoivent une attention particulière. Avant de projeter sur le sol, des mesures de niveau sont faites. Pour les murs et les rampants des protections sont posées sur les accessoires (suspentes, vis, etc) de montage des ossatures des cloisons sèches. La projection a lieu ensuite. Pour l'isolation du sol, elle est suivie d'un ponçage pour mettre de niveau. Les films de protection sont ensuite retirés. Une bande périphérique peut être posée au sol. Le chantier est nettoyé. Un chantier peut prendre de un à trois jours suivant les surfaces à isoler et la taille de la maison. Le chantier est rendu accessible après une bonne aération des pièces.

Seuls les projeteurs sont présents lors du chantier.

Retour

La mousse d'isolation est-elle certifiée CSTB ?

Le CSTB (Centre scientifique et technique du bâtiment en France) publie des avis techniques qui concernent, pour un fournisseur donné, à la fois l'isolant et sa mise en oeuvre. Ses homologues européens font de même et les avis techniques européens sont valables en France

Sols, sous-planchers, murs, combles disposent d'avis techniques. Chacun dédiés à un fabricant unique.. Consulter le site du CSTB en France et de l'EOTA en Europe pour savoir quel fabricant dispose d'un avis technique pour l'isolation envisagée. La mairie de Payns (10), n'a pas attendu la publication d'un avis technique pour réaliser un bâtiment public en ossature bois complètement isolé en mousse projetée. Il y a de toutes façons une large expérience dans d'autres pays qui peuvent servir de référence.

Retour

La mousse d'isolation est-elle répertoriée à l'ACERMI ?

Voici ce qu'écrit l'ACERMI : "Peuvent faire l’objet d’un certificat, les produits isolants fabriqués en usine sous forme de plaques, de panneaux ou de rouleaux, les produits isolants fabriqués en usine en vrac destinés à être soufflés en combles et les produits réfléchissants constitués par un ou plusieurs films réfléchissants et éventuellement comprenant une ou plusieurs couches intermédiaires satisfaisant aux critères du Règlement Technique applicable. Par contre, ne sont pas visés, les panneaux où l'isolant est injecté."
La mousse isolante n'est donc pas concernée.
                         
Retour


Que penser des autres matériaux isolants ?

Dès que l'on considère l'isolation sous l'angle du confort thermique qu'elle doit procurer alors on est obligé de constater les lacunes des matériaux d'isolation traditionnels. Notamment pour la vapeur d'eau et les infiltrations d'air.

Seule la projection de mousse d'isolation permet une isolation, à la fois, continue, stable dans le temps et ralentissant fortement les circulations d'air parasites.
Seule la projection de mousse permet de garantir APRES INSTALLATION ET DANS LE TEMPS la résistance thermique "R" indiquée dans les Avis Techniques du CSTB. En effet, pour les autres types d'isolant les valeurs R (généralement ACERMI) sont mesurées en laboratoire. Que penser de la résistance thermique globale d'une isolation faite de plaques ou de panneaux qui laissent passer l'air sur leur périphérie ? Ou celle d'une isolation soufflée qui se tasse ou bouge avec le vent ? Ou encore celle de la laine de verre saturée de vapeur d'eau ou quand un courant de convection se déclenche lors de forts écarts de températures entre ses deux faces ? Les isolants traditionnels nécessitent de couvrir les surfaces de la maison de films pare-air ou pare-vapeur plastiques ou à base de fibres végétales (plus onéreux donc peu utilisés en pratique). Les laines minérales sont techniquement dépassées mais restent (malheureusement) très compétitives pour le prix. De nouveaux isolants verts apparaissent. Tous ont des qualités, mais aucun ne dispose de toutes les qualités. Leur qualification "verte" est parfois surprenante : la ouate de cellulose provient de l'industrie du papier (même si c'est du papier recyclé) et contient insecticide et répulsif pour les rongeurs. Idem pour les isolants à base de textiles recyclés. La production locale de chanvre reste limitée. Si on devait isoler toutes les nouvelles constructions en chanvre il faudrait sans doute en importer. Tous ces isolants se tassent avec le temps. Les adhésifs qui relient les panneaux d'isolation perdent leur adhérence avec le temps. Il y a toujours de l'air qui passe "autour". Les techniques d'insufflation sont souvent utilisées avec peu de soin sans préparation des supports ou sans coffrage, surtout en rénovation. Etc, etc.
Le liège nous parait le seul et vrai isolant vraiment vert et performant.

Retour

Quid de la santé des habitants avec de la mousse d'isolation projetée ?

L'isolation étant très performante, il est nécessaire de soigner le renouvellement de l'air puisque de nombreuses sources domestiques contribuent à polluer l'air des maisons. La mousse a une composition similaire à celle de matelas, sièges, isolation des frigos, etc. Elle est stable. Les dégagements de COV (composés organiques volatiles) sont très en dessous des seuils tolérés en Europe. Classement A+ généralement.

Retour

Quid de la santé des projeteurs ?

Les inspecteurs des Caisses Régionales d'Assurance Maladie (CRAM) sont familiarisés avec la filière des applications du polyuréthane en France (notammment autour de l'industrie automobile). Les fournisseurs de machines de projection aussi. Il n'y a pas de risque pour la santé des projeteurs si ceux-ci respectent les consignes de protection lors de la projection. En particulier le port d'un masque de qualité, voire un masque avec apport d'air. La société SOPROMETAL à Concarneau a 20 d'expérience en projection et ses projeteurs n'ont pas déclenché de maladie liée à la projection. Les projeteurs se protègent aussi la peau et portent des gants.
L'Institut de Recherche en santé et sécurité au travail écrit : "Au Québec, actuellement (2006), environ 150 000 travailleurs sont potentiellement exposés, mais le nombre de cas déclarés et reconnus par la CSST en tant que lésion professionnelle incriminant le formaldéhyde comme agent causal reste très faible. Entre 1994 et 1997, ce nombre s’élevait à 11 cas parmi 6 codes de la Classification des activités économiques du Québec (CAEQ). Ils étaient répartis ainsi : 5 irritations des yeux, 3 altérations de l’appareil respiratoire, 2 atteintes des bronches et poumons et 1 dermatite."
Liste des pathologies liées à la projection de mousse polyuréthane en l'absence de protection pour le projeteur : voir le site de la CRAM
Les produits projetés évoluent avec la recherche et respectent la couche d'ozone.

Liens :
Fiches de déclaration environnementale et sanitaire des produits de construction (FDES). Site de l'INIES
Site de l'INRS

Retour

La mousse d'isolation est-elle combustible ?

La mousse de polyuréthane est un matériau organique et tous les matériaux organiques brûlent. C'est pour les mousses utilisées dans les sièges de voiture et l'ameublement (matelas, sofa, etc) qu'on trouve le plus d'informations au sujet des incendies. Il apparait que les mousses fondent à partir de 175°C  à 260°C selon leur densité. La combustion peut être lente ou vive selon l'environnement (durée de combustion, oxygène, etc). Des produits gazeux sont libérés. Ils sont inflammables. La combustion lente a besoin de 300°C pour être soutenue. 400°C pour être complète. ou pour qu'une flamme se développe.



Retour

La mousse d'isolation est-elle classée au feu ?

Il existe plusieurs types de mousse. Certains sont M0, la plupart sont M3. En pratique dans la construction, la mousse d'isolation est placée derrière une paroi (plaque de plâtre, briques plâtrières, sous chape ciment, etc). Dans les combles non aménagés elle peut être laissée à nu dans le respect des avis techniques.
Les mousses sont généralement autoextinctibles.

Retour

Est-ce écologique ?

OUI ! C'est parfois difficile à admettre mais les labels de pays en avance sur la France dans ce domaine l'attestent.

Mais ça dépend ce qu'on entend par écologique : On confond souvent « naturel » et « écologique ». Un produit isolant naturel traité au fongicide, à l'insecticide, au répulsif et à l'anti-feu qui se tasse et qu'on doit changer après 10 ans n'est pas écologique. Un matériau naturel importé ou épuisant une ressource faible ne peut pas être considéré comme écologique.

Quand le procédé permet d'économiser fortement de l'énergie avec un bilan positif sur la durée de vie du bâtiment alors il doit être considéré comme écologique. C'est la cas de la mousse d'isolation projetée. Des projets LEED, référence mondiale du domaine de la construction, utilisent la mousse.

Le purement écologique c'est de construire avec les matériaux qui sont sur place, de manger ce qui pousse et vit sur place, de se déplacer le moins possible, etc en ayant à l'esprit que dans 7,6 milliards d'années la Terre sera, au mieux, calcinée. Alors comme notre société n'est pas sur ce modèle et qu'en France il faut loger 70 millions de personnes et construire environ 200 000 maisons par an, le procédé de projection de mousse d'isolation apparait comme une solution durable. C'est la position de pays comme le Canada qui étiquette "verts" les logements isolés par projection de mousse. L'impact de ce procédé sur l'environnement (fabrication + transport + projection + déchets) est maitrisé mais surtout l'isolation est stable et performante dans le temps. Ca signifie que son bilan énergétique global, compte tenu de toute l'énergie qu'il évite de consommer pour se chauffer compense largement l'énergie qu'il consomme de sa production jusqu'à ses déchets. C'est en ce sens que cet isolant est écologique. Un appartement rénové de 90 m² à Quimper (29) isolé en mousse perd 1200w (charge mensuelle de chauffage : environ 8 €). Ca peut durer des années car l'isolant est stable dans le temps. Sur 20 ou 25 ans combien aura-t-on consommé en plus avec un autre isolant aussi naturel soit-il ?
Quelques idées reçues :
"la pompe à chaleur c'est écologique". Pas sûr car elle fonctionne à l'électricité et s'il fait très froid il faut un apport d'énergie. Si celui-ci est électrique c'est, en Bretagne, en partie,  la centrale de Cordemais près de Nantes qui produit l'électricité. Celle-ci n'a rien d'écologique.
"La ouate de cellulose c'est écologique". Pas sûr car elle nécessite la pose d'un film souvent plastique (les films végétaux sont onéreux et peu utilisés). Des insecticides et des répulsifs voire des ralentisseurs de combustion sont ajoutés. Pour justifier son caractère écologique les vendeurs de ouate de cellulose raisonnent à partir du papier recyclé comme base de fabrication. mais c'est omettre qu'il y a au départ une fabrication de papier et l'utilisation d'encre... D'ailleurs le papier recyclé qui est utilisé pour l'isolation ne le sera plus pour le papier et nécessitera donc la fabrication de...pâte à papier ! Et la ouate libère des particules de poussière.
"Le bois c'est écologique" : pas sûr car ça dépend d'où il vient, comment les coupes sont gérées, quels traitements il a reçus, etc.

La laine de verre c'est écologique. Pas sûr car la ressource (silice) s'épuise.

Les mousses projetées évoluent avec la recherche et respectent la couche d'ozone.

Retour

Où vont les déchets ?

Les déchets sont traités dans les incinérateurs ménagers. De l'énergie est produite. L'impact sur l'environnement est maitrisé par les incinérateurs modernes.
Des filières de recyclage (emballage) existent dans les pays en avance sur la France.

Retour

Au sol, comment faites vous pour que la surface soit plane ?

L'expérience et le métier des projeteurs permettent de réaliser une couche d'isolation la plus plane possible. Cependant l'état de surface peut être irrégulier. Il reproduit de toutes façons les irrégularité du sol. Par exemple les gaines électriques. C'est en combinant mesures de niveau et ponçage que les projeteurs réalisent une surface qui respectent l'avis technique : +/- 7mm sous la règle de 2m.

Retour

Aux murs et aux plafonds, comment faites vous pour que la surface soit plane ?

Il n'y a pas de ponçage. C'est l'habileté et l'expérience des projeteurs qui permettent une surface quasiment plane, aux irrégularités près de l'expansion de la mousse et de la régularité du support. C'est en regardant un plafond projeté qu'on peut se rendre compte de l'habileté d'un projeteur.

Retour

Quelle est la durée d'un chantier ?

Un chantier peut prendre de un à trois jours suivant les surfaces à isoler et la taille de la maison
.

Retour

Au bout de combien de temps la mousse est-elle séche ?

La mousse s'expanse et sèche immédiatement. Le chantier est rendu accessible après une bonne aération des pièces.
 
Retour

Au bout de combien de temps peut-on marcher dessus ?

Quelques secondes après la projection. Le projeteur a d'ailleurs besoin de marcher dessus pour projeter les couches successives ! Le chantier est rendu accessible après une bonne aération des pièces.

Retour

Combien ça coûte ?

Seul un applicateur proche de chez vous, après être venu sur place, peut vous établir un devis précis. Le montant des travaux dépend de la complexité du chantier, de la région, de la surface à traiter, de l'éloignement, etc. Voici néanmoins quelques indications (fourchette basse) qui montrent que l'isolation mousse n'est pas la plus onéreuse des solutions d'isolation.
Sol : autour de 26€HT/m2 pour 6cm (y compris le ponçage et la bande périphérique pour la chape). On constate des chantiers traités autour de 20€HT /m2 selon les régions.
Murs : préférez la mousse cellules ouvertes, qui ne bloque pas la vapeur d'eau et qui est moins onéreuse que la mousse cellules fermées. Autour de 22€HT pour R=3,7.
Combles : Préférez la mousse cellules ouvertes, moins onéreuse. Rampants autour de 26€HT/m2 pour R=6.
Vide sanitaire : Autour de 20€HT/m2 pour 4cm de mousse cellules fermées
.

Retour